« Vivre pour le meilleur … » chantait Johnny Halliday …

Beaucoup de cadres nous interrogent « Le management de transition : Et après ? ».

Et après ? Et après quoi ?

Et après rien …on repart pour une autre mission…

C’est cela la vie de manager de transition. Vivre pour le meilleur de ce qu’il y a à vivre dans les entreprises…le changement de système d’information, la mise en place d’une nouvelle organisation, un développement à l’international, etc.

Jamais le « train-train » du quotidien.

Oui mais il y a bien de temps en temps des intermissions ? Cela fait peur !

Avec l’expérience les managers de transitions apprennent à gérer les hauts et les bas de leurs activités…les périodes de sur activité et de sous activité (comme un artiste ou un sportif de haut niveau). Cela fait partie du job…

Les grands cabinets de management de transition ont l’habitude de gérer ces alternances de hauts et de bas et aident concrètement les managers à faire le deuil de leur dernière mission pour mieux se préparer à la suivante …

Apprendre, cela s’apprend …

Y compris apprendre l’humilité et le lâcher prise. Quand la mission est terminée, elle est terminée. C’est le moment de partir. De passer à autre chose. Pas la peine de s’accrocher …comme la moule sur le rocher …Il n’y a pas que les machines qui apprennent. On peut apprendre sur soi et sur les autres à tout âge, à tout moment de la vie…

Le management de transition est un métier de comportement et de posture. Il ne faut pas chercher à plaire (ni à s’incruster) mais être factuel, détaché parfois …pour ensuite faire corps avec la situation et entraîner sur le terrain des équipes que l’on n’a pas choisies …et vivre avec elles intensément des moments forts de la vie de l’entreprise

« Vivre pour le meilleur » je vous dis …